Louis Begley

UNE EDUCATION POLONAISE

Grasset – nov.1992 – Prix Médicis étranger

Souvenirs d’une enfance passée dans la peur, le mensonge et le secret.

Le jeune Maciek est né dans une famille juive aisée, en Pologne. Son père est médecin, son grand-père propriétaire foncier. Sa mère, morte à sa naissance, a été remplacée par sa tante Tania. Une jeune nourrice Zosia s’occupe aussi de l’enfant.

Mais la guerre va mettre fin à cette vie paisible. Le père est mobilisé par l’Armée rouge, puis envoyé en Sibérie. Hitler envahit la Pologne. Les Juifs sont pourchassés. La nourrice polonaise n’a plus le droit de rester là. Maciek, avec les grands-parents et la tante sont délogés par la Gestapo.

Le grand-père, avec de faux papiers, se cache à Varsovie.

Hautaine, jeune et belle, Tania osera tout, vraiment tout pour sauver les siens et surtout son neveu.

Elle travaille d’abord chez un Allemand amoureux d’elle, puis chez des paysans, après avoir échappé au ghetto, à Varsovie en flammes, au train en partance pour Auschwitz, aux bourreaux allemands, aux délateurs polonais et même à des maîtres-chanteurs juifs.

Après la guerre, Tania et Maciek, toujours méfiants, ont conservé leur nom aryen. Maciek a suivi des cours de catéchisme, il a fait sa communion. Le père est revenu, lui aussi avec un nom nouveau.

Maciek a appris à mentir pour survivre.

 

----------------------------------


retour au sommaire des résumés