La fille du roi de Chine

Il y avait un roi qui avait un fils. Ce prince allait tous les jours à la chasse, dans la montagne. En chemin, il passait toujours devant la porte d’un berger. Les trois filles du berger se tenaient devant la porte. Au passage du prince, l’aînée disait :

La cadette disait :

- Si le prince m’épousait, je lui cuisinerais des plats si délicieux qu’il n’en trouverait pas d’aussi bons dans le monde entier.

La benjamine disait :

- Si le prince m’épouse, je lui apporterai deux jumeaux, l’un à la tête d’or, l’autre aux ongles d’or.

Le prince les épouse toutes les trois.

Un jour, il dit :

Le prince dit à la cadette :

Il arriva que le prince partit à la guerre. Il resta longtemps à guerroyer.

Neuf mois, neuf jours, neuf heures et neuf minutes après son départ, la plus jeune des trois filles se coucha et mit au monde deux jumeaux, un garçon et une fille, le garçon aux cheveux d’or et la fille aux ongles d’or.

Ses sœurs furent jalouses. Elles firent écrire une lettre au prince, l’informant que leur sœur avait mis au monde deux chiots ; à lui de décider ce qu’il y avait à faire.

Le prince répond par courrier qu’on fasse disparaître les chiots, qu’on attache leur mère à la grille du parc, que les passants lui crachent dessus et qu’elle soit déshonorée.

Les sœurs attachent la malheureuse, lui accrochent une clochette autour du cou, l’enchaînent à la grille du parc, exposée aux crachats des passants.

Elles mettent les jumeaux dans une boîte, elles les baillonnent et les jettent à la rivière.

La boîte est entraînée par le courant jusqu’au bord de la mer.

Un vieillard et sa femme, qui habitaient là, retirent la boîte, et que voient-ils ? Une fille aux ongles d’or et un garçon à la tête d’or !

L’homme et la femme n’avaient pas d’enfants, ils élèvent ces petits, les voient grandir, puis ils meurent. Le garçon se procure un arc et des flèches, et va vivre dans la montagne avec sa sœur. Il chasse, rapporte le gibier, et tous deux se débrouillent ainsi.

Un jour, le prince, qui était rentré de guerre, va chasser dans la montagne. Il aperçoit une gazelle,il la poursuit en vain. Soudain, il voit un jeune homme aux cheveux d’or attraper la gazelle et l’emporter. Le prince en reste bouche bée. Il rentre au château bredouille. Il raconte son aventure aux deux sœurs.

Les sœurs se mordent les lèvres ; elles se disent : " Pour sûr, c’est le fils de notre sœur ! que faire ? " Elles trouvent une vieille bonne femme, elles lui racontent l’histoire, elles lui donnent une poignée de pièces d’or et lui disent :

La vieille prend son bâton et se met en route. Elle cherche longtemps en ahannant. Finalement, elle trouve le logis des jeunes gens. La jeune fille était seule. La vieille entre, toute essoufflée.

Après le départ de la vieille, la fille s’assombrit. Ses yeux s’emplissent de larmes. Son frère rentre, il regarde sa sœur et s’étonne :

Le lendemain, le garçon se met en route. Il marche, il marche, il voit un vieillard assis à un carrefour.

Le garçon grimpe, grimpe, il arrive à la forêt de peupliers, il casse une branche et se sauve.

Les arbres derrière lui crient : " Au voleur ! au voleur ! " Mais il ne se retourne pas.

Il apporte la branche à sa sœur. Il la plante. Elle devient arbre et branches et se couvre de feuilles. Au souffle du vent, les feuilles murmurent. La fille se réjouit.

Le garçon reprend son arc et ses flèches et retourne chasser.

Il rencontre encore une fois le prince, poursuivant une gazelle.

Le garçon fait s’enfuir la gazelle.

Le prince rentre bredouille au château, il raconte sa mésaventure aux deux sœurs, celles-ci se mordent les lèvres et se disent de nouveau :

Elles rappellent la vieille et lui disent :

La vieille prend son bâton et va en ronchonnant jusque chez la fille.

Quand il ira à la chasse, tu resteras avec ta belle-sœur, vous bavarderez, vous serez contentes, que le vent souffle ou pas . Allez, au revoir, je m’en vais !

La vieille sort. La fille s’assombrit. Ses yeux se remplissent de larmes. Quand son frère revient, il lui sourit.

Pour l’amour de sa sœur, le garçon se met en route. Il marche, il marche, il rencontre encore une fois le même vieillard.

 

- Tant pis, pépère, il faut que j’y aille ; que mon destin s’accomplisse !

Le garçon se remet en route, il marche longtemps, il arrive enfin dans la ville du roi de Chine.

Il va devant le portail de la fille et appelle :

Une voix lui répond de l’intérieur :

Le garçon se transforme en pierre, on l’emporte auprès des autres jeunes gens.

Au bout de trois jours, la fille du roi descend voir la tombe du garçon, elle tourne sept fois autour du cimetière, elle voit les cheveux d’or du garçon étalés sur la pierre tombale, et elle entend une voix s’élever de la tombe : " Fille du roi de Chine ! "

La fille crie sept fois : " Chéri ! chéri ! "

Sur l’ordre de Dieu, le garçon se ranime, il sort de la tombe et accompagne la fille chez elle. Cette fille était magicienne, elle avait été avertie qu’un garçon à tête d’or allait l’épouser.

Les jeunes gens se marient, emportent avec eux une grand quantité d’objets de valeur et rentrent à la maison. Ils se construisent un nid confortable, entouré d’un jardin où murmurent les peupliers. La fille du roi de Chine bavarde avec sa belle-sœur, dont le cœur se réjouit.

Le jeune homme se remet à aller chasser. Il prend son arc et ses flèches et va dans la montagne. Un jour, il rencontre le prince qui chassait aussi. Celui-ci, voyant le garçon aux cheveux d’or, le prend par la main et dit :

Par deux fois, tu m’as privé de mon gibier, mais je ne t’en veux pas. Je suis fils de roi, viens demain à la ville, demande le château, entre, n’aies pas peur, nous nous divertirons ensemble. "

Le jeune homme raconte son entrevue à la fille du roi de Chine :

- Le prince m’a invité pour demain, dit-il, je ne pouvais pas refuser.

Le prince, de son côté, prévient ses deux épouses :

Les femmes se mordent les lèvres, elles disent :

Elles font creuser en secret un trou dans un coin du salon, qu’elles recouvrent d’un tapis.

Elles versent du poison dans l’assiette destinée au garçon.

 

La fille du roi de Chine dit à son mari :

Le jeune homme se rend chez le prince, il exécute scrupuleusement les recommandations de la fille du roi de Chine et s'en tire sain et sauf.

Avant de partir, il dit au prince :

Le prince, avec ses courtisans et son clergé, va chez le jeune homme. Ils boivent, ils mangent, ils s’enflamment à la vue du garçon aux cheveux d’or et de sa sœur aux ongles d’or.

Le prince, surtout, n’a d’yeux que pour eux !

La soirée s’achève. Tout le monde se retire ; le prince reste seul.

La fille du roi de Chine apporte alors un coq d’or, elle le pose sur la table devant le prince, dispose quelques grains de blé et dit :

Le prince dit :

Le prince se lève et va embrasser sa fille et son fils.

Il les ramène chez lui avec la fille du roi de Chine.

Il fait libérer sa petite femme, et ordonne que les deux grandes sœurs soient attachées à la queue d’un cheval et traînées à travers les rochers jusqu’à ce que mort s’ensuive.

retour au sommaire des contes