Le chasseur Ahmad

Le chasseur Ahmad, un jour, tire une gazelle, il veut faire rôtir le cœur, il allume un f eu et se prépare à manger le cœur rôti. Tout à coup, il voit un serpent sortir de son trou, déposer une oie, et redescendre.

Peu après, un serpent noir crasseux vient se dresser à côté de l’oie ; il siffle, et un très joli serpent sort du trou. Il s’enroule comme une pelote, roule autour de l’oie, s’approche du serpent noir. Tous deux s’enlacent, s’accouplent, prennent du plaisir.

Le chasseur Ahmad est dégoûté. Il tire, pan ! le serpent noir a la queue coupée, il se sauve. Le joli serpent aussi se sauve, il rentre dans le trou. Le chasseur Ahmad prend son gibier sur l’épaule, rentre à la maison et raconte à sa femme tout ce qu’il a vu.

Le lendemain, deux gendarmes turcs viennent devant la porte. Ils disent :

La femme dit :

Homme, vas-y ! Le roi des braves t’appelle. S’il te dit : " Que veux-tu ? je te le donne. " dis que tu ne veux rien. Dis seulement : " mets ton petit doigt dans ma bouche et ressors-le. "

Les gendarmes emmènent le chasseur Ahmad. Ils marchent, ils marchent. Un imposant portail s’ouvre. Ils entrent, et quel spectacle ! une foule de serpents indescriptibles se dressent devant le roi, fixant attentivement sa bouche.

- Mortel, dit le roi, pourquoi as-tu eu l’impudence de blesser l’épouse du roi ?

Le chasseur Ahmad répond :

Le roi dit :

Le roi fait signe. Tous les serpents sortent, ils se mettent à siffler. A leur sifflement, il ne reste plus un seul serpent dans le pays. Tous accourent et se rangent devant le chasseur .

Le serpent noir n’est pas là.

L’un des serpents informe le roi qu’à tel endroit, le fils d’une telle vieille femme n’est pas venu.

Le roi ordonne qu’on aille le chercher.

Les gardes y vont, ils voient que justement le fils de cette vieille femme a la queue coupée. Il est couché dans son lit, il gémit. Les gardes l’emportent.

Dès qu’il le voit, le chasseur Ahmad dit :

Voilà, c’est lui ! "

Le roi condamne à mort le fils de la vieille femme, ainsi que sa propre épouse.

Puis il se tourne vers le chasseur :

Il met son petit doigt dans la bouche d’Ahmad, aussitôt les yeux du chasseur s’ouvrent, il acquiert d’autres savoirs, son intelligence se développe,il comprend le langage des oiseaux, les fleurs et les plantes se mettent à lui parler, l’une dit : " moi, je suis le remède pour telle maladie " une autre dit : " et moi pour telle autre maladie ".

Les médecins apprennent par le chasseur Ahmad tous les médicaments et remèdes, et cette science se répand dans le monde entier.

retour au sommaire des contes