Le Gouvernement turc ne peut pas être innocenté

Retour au sommaire - Pour m'écrire directement - Mon site personnel

Par Thea Halo – Lettre au rédacteur en chef de AWOL

Traduction Louise Kiffer

 

Monsieur,

Le Gouvernement turc doit être tenu pour responsable du meurtre de Hrant Dink selon  l'article 216 de la loi.

Alors que l'arrestation et l'aveu d'un jeune déséquilibré de 17 ans, Ogun Samast, et de son ami, qui apparemment avait commis d'autres actes de violence à Trabzon dans le passé,  leur ont attribué l'exécution de l'assassinat de Hrant Dink, ont ne peut pas innocenter le Gouvernement de Turquie de ce crime.

En cette époque de mensonges du Gouvernement, qui ont le pouvoir d'envoyer des dizaines de milliers de jeunes gens volontairement à la guerre, est-il si étonnant qu'un jeune garçon leurré puisse penser que c'est son devoir patriotique de protéger le mensonge que la Turquie profère depuis 90 ans au sujet du Génocide arménien ?

Que pouvons-nous attendre de plus d'un gouvernement turc qui lui-même arrête et condamne des hommes et des femmes de conscience pour avoir dit la vérité ?  L'article 216 de la Turquie s'applique à "ceux qui incitent à l'inimitié et la haine parmi la population".
Par conséquent, le gouvernement turc n'est-il pas coupable d'avoir suscité ce meurtre en qualifiant la vérité sur le Génocide arménien, d'"insulte à la turcité" ?

Le gouvernement turc devrait au moins expliquer clairement ses véritables objections à admettre le génocide de 1,5 million d'Arméniens, quand il promulgue des lois, par exemple qu'il est effrayé par les dédommagements, puisque c'est la dénégation de ce génocide qui nuit à la réputation de la Turquie, bien plus que ne pourrait le faire son admission. L'Allemagne a survécu à l'admission de ses crimes abominables et à gagné le respect du monde.

Et puisque la Turquie y est,  elle pourrait admettre le génocide de ses autres victimes, entre 1914 et 1923 par les régimes ottoman et kémaliste:  353 000 Grecs Pontiques de la région de la Mer Noire, 750 000 Grecs d'Asie Mineure et de Thrace, et jusqu'à  750 000 Assyriens, plus que les trois millions de ressortissants chrétiens. Alors au moins le guérison pourrait commencer, et un dialogue réel avoir lieu.

Thea Halo
Auteur de "Not Even My Name"  (Pas même mon nom)

Source: Armenian Weekly On-Line – 10 février 2007