Lettre à Hrant Dink

Retour au sommaire - Pour m'écrire directement - Mon site personnel

Cher Hrant,

Je pense que maintenant "l'eau a trouvé sa fissure"; tu as trouvé dans le vaste au-delà ceux que nous avons perdus il y a 92 ans.

Hrant, j'ai quelques services à te demander.

Embrasse Krikor Zohrab pour moi. Dis-lui que j'ai lu et relu ses histoires courtes depuis que je les ai découvertes.

Transmets mes meilleures pensées à Daniel Varoujan. Dis-lui qu'il a illuminé ma jeunesse avec ses poèmes, et il continue à inspirer mon âme.

Hrant, n'oublie pas de chanter les chants de la survie avec Siamanto.

Dis-leur qu'ils sont sur les rayons de nos bibliothèques, ils sont sur nos tables d'école, leurs paroles sont sur nos lèvres et dans nos cœurs.

Et dis-leur que je crois – je suis sûr que toi aussi – qu'un jour, ils vont être sur les rayons des bibliothèques des Turcs, sur leurs tables d'école, sur leurs lèvres et dans leurs cœurs aussi.

Un jour, leurs statues – et la tienne – vont aussi orner Istanbul.

N'oublie pas de prier avec Komitas, et dis-lui qu'un jour, les Arméniennes vont chanter de nouveau dans les villages d'Anatolie.

Va trouver, s'il te plaît, mes grands-parents. Dis-leur que nous portons leurs noms et leur amour à la terre qu'ils n'ont jamais quittée, à la terre que nous n'avons jamais vue.

Hrant, embrasse le front béni de chacun d'eux et de chaque victime de la Grande Catastrophe de 1915.

Dis-leur que nous continuerons à marcher sur la route de leurs rêves. Parce que leurs rêves sont les nôtres.

Dis-leur que nous ferons fleurir les déserts avec le parfum de leur souvenir.

Dis-leur que depuis Talaat jusque Samast, nous sommes les survivants.

Dis-leur que nous sommes tous Zohrab, Varoujan, Siamanto, Komitas et Hrant.

Affectueuses pensées

Khatchig Mouradian

Traduction Louise Kiffer