Joanne Julian:
au sujet du Spirituel dans l'Art

Retour au sommaire - Pour m'écrire directement - Mon site personnel

Par Adriana Tchalian

Cet article est déjà paru dans Asbarez, et en ligne dans ArmenianWeekly
Et dans Groong. www.criticsforum.org

Traduction Louise Kiffer


Heliconia III (1997)
Le titre de mon article "Au sujet du Spirituel dans l'Art" vient d'un livre écrit par le Moderniste du XXème siècle Vassily Kandinsky au sujet de l'art et de la spiritualité (1910). Kandinsky, ainsi que d'autres comme Piet Mondrian, était fortement influencé par les thèmes religieux et spirituels de son temps, et en conséquence, il créa un art qui reflétait cet intérêt. Comparés aux artistes charismatiques et dénués d'angoisse d'aujourd'hui, ces Modernistes du tout début du XXème siècle, étaient à la fois des sages et des poètes, créant des œuvres qui reflétaient leur vie intérieure, plutôt que de générer "l'art pour l'art" ou d'imprégner leur œuvre de buts sociaux ou politiques.

En fait, de tous temps depuis le paléolithique, l'homme a commencé à dessiner des croquis naturels d'animaux, sur les plafonds des grottes de Lascaux (France, 13000 ans av. JC) ; l'art est devenu une expression ou un reflet de son credo – car ces croquis n'avaient pas un but décoratif ni social, mais c'était plutôt une sorte de rituel magique. Admettant que l'art ait un but – qu'il soit politique, culturel ou autre – et qu'il ne soit pas simplement de "l'Art pour l'Art", vide de sens ou d'objectif, il est évident que le rôle le plus significatif de l'art a été l'expression d'un credo religieux ou spirituel de l'artiste. Le point central du spirituel dans l'art est indéniable, que ce soit dans l'art de l'Inde ou l'art de la Renaissance italienne, l'intérieur d'une ancienne caverne, ou le plafond de la Chapelle Sixtine, ou pour donner un exemple plus contemporain le plafond en plein air du Roden Crater de James Turrel, le cratère d'un volcan éteint qui a été creusé pour faire office d'observatoire en plein air, tout près de Flagstaff, en Arizona..

Et bien que quelques artistes occidentaux contemporains ne nous offrent pas grand chose en vue du spirituel dans l'art, ils se rendent tout de même compte de son absence. En tant que critique et historienne d'art, Suzi Gabric écrit: "la crise réelle du Modernisme, comme beaucoup l'ont proclamé, est la crise générale spirituelle de la civilisation occidentale: l'absence d'un système de croyances qui justifie l'allégeance à une entité en dehors de soi". Galib continue en disant que même les expressionnistes abstraits du XXème siècle étaient des spiritualistes qui n'osaient pas l'avouer, révérant tranquillement les efforts des jeunes Modernistes pour distiller leurs explorations spirituelles dans les beaux arts.


Tattered Letter VIII (1983)

Ayant fait cette constatation au sujet de l'art et de la spiritualité, comment donc pouvons-nous l'appliquer à l'art contemporain arménien ?

Voyez Joanne Julian et ses semblables, une artiste arménienne de Los Angeles, virtuellement inconnue de la communauté de la diaspora arménienne, et cependant une artiste dont l'œuvre est bien reconnue parmi les principaux cercles artistiques.

Il n'y a rien d'intrinsèquement arménien dans les dessins au graphite et à l'encre de Joanne Julian. Le critique Robert Mac Donald décrit son travail comme "possédant la discipline et l'esprit de la peinture taoiste". C'est cette tendance vers les choses spirituelles qui est l'essence même derrière son œuvre. Ayant voyagé à travers l'Asie, Joanne Julian a cultivé un vocabulaire asiatique visuel extensif, qui se reflète dans la simplicité et la beauté de ses dessins – coups de brosse immenses, rappelant la calligraphie asiatique, fixés sur le lustre brillant du graphite, et formant un contraste exquis de couleur, de texture et de forme.

En février 2006, Joanne Julian, avec William Amundson et Robin Dare, a participé à une exposition – "Drawn to Scale" (dessin à l'échelle) à la Galerie d'art du collège Spokane Falls Community, à Washington. L'exposition était organisée par Louise Lewis, directrice de la galerie et professeur d'histoire de l'art à l'Université de l'Etat de Californie, Northridge

Selon la conservatrice Louise Lewis "La juxtaposition d'une tresse d'argent délicatement dessinée, entrelacée dans un cercle vibrant de rouge et d'or, suggère un exercice Zen exceptionnellement exubérant, paradoxalement rendu plus intime par l'échelle absolue...

La présence de quelqu'un ayant le talent de Joanne Julian à la fois dans le contexte de la Diaspora arménienne et du contexte américain suggère que le désir ardent du spirituel est bien vivant, même parmi les artistes les plus d'avant-garde de nos communautés. Dans un article précédent, j'avais posé la question de savoir s'il y avait ou non une esthétique asiatique dans l'art visuel arménien. Il semble que l'œuvre de Joanne Julian réponde amplement à cette question, en transcendant les limites mêmes de la description du processus.


Antherium

Pour la biographie, la bibliographie et les expositions de l'artiste,
ainsi que ses œuvres, voir son site web:

www.joannejulian.com

Adriana Tchalian a une Maîtrise d'Histoire de l'Art et a dirigé plusieurs galeries d'art à Los Angeles.