Fierté nationale :
deux frères disent que les chevaux de course
devraient être un trésor arménien

Retour au sommaire

Par Vahan Ishkhanyan, Reporter à ArmeniaNow (18/2/05)

Traduction Louise Kiffer

_______________________________________

Pendant dix ans, les frères Mirzoyan ont créé la plus grande écurie d'Arménie de chevaux de course. Leur nombre s'élève maintenant à 56 (le second est l'hippodrome d'Erévan installé à l'époque soviétique et doté maintenant de 46 chevaux dont quelques-uns appartiennent à des particuliers). L'écurie se trouve dans leur village natal - le village de Lernamerdz dans la région d'Armavir. La grande écurie, située dans une vilaine zone rurale, se remarque de loin avec son petit bois de jeunes peupliers

"Mon frère a rapporté le premier cheval d'Etchmiadzine" dit le directeur Kévork Mirzoyan. "Ensuite on nous a donné des chevaux en cadeaux. A un certain moment, nous avons commencé à nous en occuper sérieusement. Un cheval c'est un rêve. Mon papa adorait aussi les chevaux ( son père, Janpolad Mirzoyan, est un patriote bien connu des cercles nationaux). Quand il apprit que nous étions en train d'installer une ferme d'élevage de chevaux, cela lui fit énormément plaisir".

Kévork Mirzoyan, 56 ans, est diplômé du département de philologie de l'Université d'Etat d'Erévan . En 1987, avec Parouyr Haïrikyan, il a fondé "L'Union pour l'Auto-Détermination", qui luttait pour l'indépendance de l'Arménie. Il a travaillé à la Télévision d'Etat et au Comité de la Radio d'où il fut exclu en 1988 par le KGB pour ses opinions politiques. Plus tard, un tribunal le réintégra. En 1994, il participa à la guerre du Karabagh.

 

Il pense que la politique est une occupation préjudiciable, et que c'est le rebut de la société qui s'y engage. "La guerre est finie et je ne sais pas d'où ils sortent et comment ils sont devenus ministres. Ceux qui ont lutté sincèrement pour l'Arménie voient le pays d'une façon différente". L'écurie de Lernamerdz est un morceau de cette "façon différente" .

Il considère même le lieu comme un endroit symbolique - il est au centre du triangle formé par les trois montagnes, l'Aragats, l'Ararat et l'Ara.

     

L'élevage de chevaux, pour les Mirzoyan, n'est pas un business. Le frère de Kévork est un homme d'affaires qui dépense de l'argent pour la ferme d'élevage de chevaux, de ses propres revenus, sans en attendre aucun profit; "si je vendais les chevaux, je pourrais acheter une Jeep. Mais si je faisais cela, je ferais partie des brutes qui vous prennent 50.000 $ de la poche. Non pas des drams mais des dollars. Ils (les officiels) dépensent 12.000 $ par jour dans les casinos, et ils versent une pension de 12.000 drams par mois au peuple. Si on leur donnait, à eux, 12.000 drams, ça leur glacerait le coeur". Kevork Mirzoyan dit qu'à plusieurs reprises des gens riches et des officiels sont venus lui acheter un cheval, mais il n'a pas voulu le leur vendre. Il leur a dit qu'ils feraient mieux de dépenser leur argent à construire une école dans le village.

Pendant les années soviétiques, il y avait des fermes d'élevage de chevaux de course, qui ont disparu dans les années 90, car pendant la crise il était impossible d'entretenir des chevaux. Les Mirzoyan un jour ont acheté quelques chevaux de ces fermes d'élevage, et maintenant ils ont eu une progéniture.

Un employé de l'écurie, entraîneur de chevaux Norik Sargsyan, travaillait dans la ferme d'élevage de chevaux de Ddmashen, qui était la plus grande et avait environ 80 chevaux. Il se rappelle comment les chevaux ont commencé à mourir les uns après les autres à cause du manque de nourriture. "Il y eut tant de chevaux morts de faim à cette époque-là; nous ne pouvions pas trouver de nourriture, ils ne pouvaient pas supporter le froid de l'hiver. Il n'y avait pas d'eau, les poulains sont nés dans de mauvaises conditions. Un jour je suis arrivé, et j'ai vu que six d'entre eux étaient morts, puis dix d'entre eux sont partis à leur tour."

Norik Sargsyan a travaillé comme entraîneur de chevaux et jockey depuis 1972. Il a entraîné environ 300 chevaux. Il dit que les meilleurs haras qu'il a vus sont ceux de Lernamerdz, construits par les Mirzoyan, depuis les fondations jusqu'au sommet. Ici, il a entraîné neuf jeunes dans l'art de l'équitation. Tous les jours, sauf le dimanche, les chevaux sont entraînés par des entraîneurs spécialisés. Plusieurs de ces chevaux ont participé à des compétitions organisées en Arménie et ont gagné des prix. L'un d'entre eux, appelé en arménien "Khélok" (sage, intelligent) a été classé premier l'an dernier dans une course appelée "Appel du Monde" qui a eu lieu ici.

Une vingtaine d'entre eux sont des chevaux de selle anglais. Les Mirzoyan ont décidé de créer une race qui sera un croisement de cheval local et de cheval anglais. Ils ont déjà obtenu un tel cheval et ont appelé l'hybride "Taron".

"Quand on dit "local" c'est une convention, en réalité il n'y a pas de tels hybrides, dit Kévork Mirzoyan. Les chevaux locaux sont une production de l'époque soviétique. On apportait les chevaux de différents endroits et ils se reproduisaient entre eux. Et puis, les chevaux n'étaient pas bien entretenus dans les villages, ils étaient nourris des restes de nourriture des autres bêtes, et c'est pourquoi ils n'ont pas une belle allure, leur corps est petit. Mon but est de créer une race locale: un cheval-taron. Cette ferme d'élevage de chevaux sera appelée: le Complexe Médico-Sportif du Cheval Taron, où les gens viendront plus tard monter à cheval. L'équitation et les services sanitaires se feront ici".

Cependant, les Mirzoyan considèrent déjà qu'ils ont atteint leurs objectifs, qui sont non seulement les leurs, mais aussi ceux de l'Arménie. "Pendant ces années où les chevaux sont morts de faim, la progéniture de quelques-uns d'entre eux est maintenant ici; nous avons réussi à la sauver".

_______________________________________

Source : http://armenianow.com/eng/?go=print&id=563

Voir aussi : http://armenianow.com/arm/?go=pub&id=565&issue_id=67