L'art ancestral de la broderie
par Graciela Kevorkian
Pour m'écrire directement- Mon site personnel
Retour au sommaire

Hommage à l’esprit créatif et aux mains laborieuses des mères arméniennes

(Commission régionale sud-américaine de HOM (en France CBAF,Croix Bleue des Arméniens de France)

Un art d’autrefois prend une vie nouvelle et se répand dans le monde par l’intermédiaire de HOM

(Buenos Aires, Argentine) Selon une tradition introduite depuis plusieurs années, une fois de plus la Commission régionale sud-américaine de HOM a mis à la disposition du public son almanach annuel consacré cette fois-ci intégralement aux broderies arméniennes. En une version multicolore, pour œuvres murales, les pages distinctes qui présentent individuellement les douze mois de l’année sont illustrées de façon exquise avec des photographies de broderies arméniennes dont quelques-unes sont antiques, provenant de diverses régions de notre Patrie. De cette façon, une fois de plus, HOM rend hommage à nos traditions ancestrales, par une œuvre réalisée élégamment. Assurément, cette entreprise, qui outre son utilité représente la culture et l’identité arméniennes, pourra se distinguer dans tous les foyers et les lieux de travail, illuminant même davantage nos âmes et fortifiant nos idéaux et nos convictions.

 

b2Hérité d’un passé relativement récent, l’art de la broderie arménienne est l’expression délicate de ce travail manuel de notre peuple, étant le témoignage vivant de sa vitalité et de son habileté. Les broderies typiques d’Aintab, de Marash, Urfa, Sivas entre autres, ont laissé leur empreinte dans l’histoire arménienne, en se convertissant, dans certains cas, en pièces de musée. On peut actuellement en voir des échantillons au Musée d’Etchmiadzine, au Catholicossat de Cilicie, dans les monastères des Pères Mekhitaristes de San Lazzaro à Venise et à Vienne, à Constantinople et au Patriarcat de Jérusalem, entre autres lieux.

Cependant, heureusement, depuis déjà de nombreuses années, la Commission régionale libanaise de HOM effectue une entreprise sans égale, au moyen de quelques groupes de volontaires et d’expertes en la matière, qui consacrent leurs heures à apporter tous leurs efforts dans le but de réaliser des reproductions des pièces uniques existantes des broderies ancestrales, pour préserver les modèles de ces œuvres d'art délicates qui peu à peu étaient devenues des trésors en extinction, et ainsi les multiplier et les diffuser dans le monde.

Ce travail est présenté en détail dans le livre « Armenian embroidery – Haigagan aseghnakordzoutioun » (broderies arméniennes) de la Commission régionale HOM du Liban, dont la Commission régionale sud-américaine a reproduit quelques-unes des excellentes photographies pour la réalisation de son almanach 2004. Ainsi un art d’autrefois prend une vie nouvelle et se répand dans le monde par l’intermédiaire de HOM.

Comme on peut le lire dans l’almanach « nous ne pouvons par ressusciter nos martyrs, mais nous pouvons faire revivre et restaurer le précieux héritage qu’ils nous ont laissé et le transmettre aux générations à venir afin qu’elles éprouvent la fierté de leur très riche généalogie culturelle. C’est un défi pour nous tous de récupérer et de préserver l’esprit créatif arménien qui est le reflet de la beauté inextinguible de notre cher Ararat ».

 

 

Graciela Kevorkian
grakevorkian@yahoo.com

Traduction Louise Kiffer

 

 

Photographies présentées :

1 - Carpette décorative : l’oiseau est réalisé au point simple. Ourfa (1985)
2 - Alphabet arménien, atelier de broderie. Marash (1980)
3 - Coussin, Trabizon 1915
4 - Napperon réalisé avec 13 types de points ; (Aintab ) 1935
5 - Porte-photo . Dikranakert. 1918