Bolly Hay
Une fabrique de rêves indienne projette de faire un film en Arménie

Retour au sommaire - Pour m'écrire directement - Mon site personnel

Par Julia Hakobyan

Traduction Louise Kiffer

 

Un célèbre réalisateur de films indien projette de faire venir Bollywood en Arménie.

Mukesh Bhatt dit qu'il est si captivé par les paysages de gorges et de montagnes de l'Arménie qu'il a l'intention d'y tourner un film.

Il est arrivé en Arménie avec un groupe d'hommes d'affaires indiens pour participer à un forum d'affaires indo-arménien. Bhatt dit que ses amis et collègues en Inde lui avaient conseillé de visiter l'Arménie, et dès son arrivée, il a senti qu'il avait trouvé une atmosphère unique.

"J'ai trouvé quelque chose de très précieux – une dévotion à des traditions et une bonne volonté vis-à-vis des autres nations", a dit Bhatt lors d'une conférence de presse la semaine dernière.

Bhatt, qui a produit 45 films à Bollywood, le Hollywood indien, envisage de commencer à tourner en Arménie l'an prochain. Il dit que le film sera une histoire d'amour, le thème favori de Bollywood.

Il n'exclut pas du casting du film des acteurs arméniens; ce qui, assure-t-il, attirera un flot de touristes dans le pays. Il se  rappelle avoir entendu une maxime en Inde: "Là où Bollywood passe, les touristes s'amassent".

Les films indiens étaient très populaires en Arménie pendant l'époque soviétique, où ils étaient projetés par suite des bonnes relations politiques et culturelles entre les autorités soviétiques et indiennes. Aujourd'hui, Bollywood produit par an environ 1000 films, qui acquièrent aussi une certaine popularité en Occident.

Le député Ministre des Affaires Etrangères Armen Baiburdyan partage l'opinion du réalisateur indien sur la possibilité de renforcer le tourisme en Arménie. En tenant compte que la population de l'Inde s'élève à 1,1 milliard
d' habitants, et qu'un autre milliard de gens dans le monde sont des fans de films indiens, il dit qu'il y a des chances réelles qu'un film attire en Arménie des touristes désirant voir les lieux de leurs propres yeux.

La possibilité de relancer le tourisme en Arménie par le cinéma avait été envisagée début mars au cours d'une conférence de presse organisée par les nouveaux propriétaires et directeurs de Hayfilm, la société cinématographique arménienne. Elle a été privatisée l'an dernier par la Fondation Cafesjian, qui a promis d'investir 20 millions de dollars en dix ans pour donner un nouvel essor à la production de films.
Ruben Gevorgyants, président de l'Union Arménienne de Cinéastes, et nouveau président de Hayfilm, souhaite la bienvenue à son homologue indien.

Il dit à ArmeniaNow: "Nous avons discuté, avec nos collègues indiens, de leur idée de tourner un film en Arménie. Le tournage d'un film dans les studios d'autres pays est une pratique courante dans le monde entier, et nous serons heureux si notre studio et notre pays attirent des réalisateurs internationaux".

"Hayfilm a déjà fait l'expérience de coopérer avec des cinéastes russes et iraniens, qui ont tourné des films en Arménie."

L'an dernier, les nouveaux directeurs de Hayfilm ont dit aux journalistes qu'ils étaient en train de négocier avec des investisseurs allemands sur la possibilité d'un projet commun de tourner le film "Les Quarante Jours du Musa Dagh" d'après le roman de l'écrivain autrichien Franz Werfel sur le Génocide arménien en Turquie Ottomane.

Le budget était estimé à environ 35 millions de dollars. Mais Gevorgyants a confié à ArmeniaNow que jusqu'à présent, le projet n'était pas prêt à démarrer, et il est possible que la Compagnie Bollywood devienne le premier studio international à travailler avec le Hayfilm rénové.

Le forum d'affaires indo-arménien a été organisé par le Ministère arménien des Affaires Etrangères et l'Agence Arménienne de Développement. Il a fait venir à Erévan 17 représentants des industries de pointe indiennes, y compris les diamants, les technologies de l'information, l'industrie pharmaceutique, la métallurgie, à la recherche de meilleures relations avec des partenaires arméniens.

Actuellement, le chiffre d'affaires commercial entre l'Arménie et l'Inde s'élève à environ 15 millions de dollars, mais les officiels des deux pays disent qu'il peut au moins doubler. Outre le commerce, l'Inde et l'Arménie coopèrent dans les domaines de l'éducation, de la science et de la culture.

L'expansion de la coopération économique va être discutée cette année lors d'un salon de la Commission Indo-Arménienne Intergouvernementale pour le Développement Economique, qui se tiendra à Erévan.

Entre-temps, les hommes d'affaires indiens se préoccupent seulement de l'absence de vols directs entre l'Inde et l'Arménie. Les autorités arméniennes ont promis de promouvoir bientôt l'ouverture d'un service entre Delhi et Erévan. 

 

Sources:
http://www.armenianow.com/?action=viewArticle&AID=1430&CID=1574&IID=&lng=eng
http://www.armenianow.com/?action=viewArticle&CID=1574&AID=1430&lng=arm