Retour au sommaire - Pour m'écrire directement - Mon site personnel

 

page administré par Louise Kiffer


 

SPORT & CHANSON

Les Jeux PAN-ARMENIENS | La carrière de Jacques Haïrabédian

 |

 

Le mot d'encouragement de Charles Aznavour à l'occasion de la rencontre

de boxe opposant l'équipe d'Arménie à une sélection Lorraine/luxembourg

à Hagondante en Moselle (remportée par l'éqie arménienne par 7 victoires à 1)

JEUX INTERNATIONAUX DE FRANCE - SAINT-NAZAIRE DU 1ER AU 7 AVRIL 1990
LA BOXE

HISTORIQUE :

Depuis plusieurs années déjà, des approches avaient été faites avec le Comité des Sports d’Arménie afin d’obtenir la participation d’une équipe de boxeurs aux « Internationaux de France », un tournoi ouvert aux boxeurs amateurs de tous les pays sous l’égide de la Fédération Française de Boxe.

Nous nous heurtions constamment à un veto de la part de la Fédérations des Sports de Moscou. Et cette année 1990 fut enfin une année à inscrire en caractères d’or dans les annales du sport grâce à la Perestroïka. En effet, plus n’est besoin désormais de l’accord des autorités moscovites. Le Comité des Sports d’Arménie est maintenant investi du pouvoir de décision directement.

Et c’est ainsi qu’un beau matin de fin mars une équipe de 10 boxeurs accompagnée de 6 dirigeants débarque à Paris à l’aéroport de Roissy – Charles-de-Gaulle. A la tête de cette délégation : Monsieur Roupen Agopian, Président du Comité des Sports d’Arménie, c’est-à-dire le Ministre des Sports.

Dans cette équipe se trouvent : Akopkokhian, le champion du monde amateurs des super-welters (71 kg) ainsi que plusieurs vainqueurs de tournois internationaux au sein de l’équipe d’U.R.S.S.

Chargé de mission auprès de cette équipe d’Arménie par le président de la F.F.B. : Monsieur B. Restout. J’accompagne donc ce groupe à Saint-Nazaire où doivent se dérouler du 1er au 7 avril 1990 les « Internationaux de France » dans la fameuse soucoupe, un palais des sports d’une architecture peu courante.

L’arrivée en France d’une équipe d’Arménie est une grande première dans l’histoire de ce pays. En effet, jamais auparavant, depuis la nuit des temps, une équipe nationale arménienne – toutes disciplines confondues – n’avait foulé une terre étrangère sous les couleurs nationales arméniennes.

Cette équipe d’Arménie était attendue avec beaucoup de curiosité et aussi de crainte par les autres délégations.

19 nations étaient représentées par 138 boxeurs pour cette compétition qui débutait par la pesée de tous les boxeurs, suivie d’une visite médicale, le 1er avril 1990.

Les événements de l’an passé, avec le tremblement de terre de terre de Spitak, les affrontements du Karabagh avec les Azéris, ajoutés à la présence d’une autre équipe d’Union Soviétique (parmi laquelle un Arménien de Tachkent) firent que les médias s’intéressèrent beaucoup aux Arméniens, et ce d’autant plus qu’il y avait parmi les engagés une équipe de Turquie.

Celle d’Arménie, qui tenait une place prépondérante parmi les médias, était souvent sollicitée par ceux-ci pour des interviews à l’Hôtel du Parc où elle était logée.

Cette attention particulière, finalement, a certainement contribué à l’élimination injuste et prématurée de quelques boxeurs arméniens par des décisions venant de la part de juges « malintentionnés », juges qui traînent leurs savates de tournoi en tournoi avec de bas calculs, ignorant tout de l’équipe sportive.

A ce jeu, seuls trois Arméniens arrivèrent en finale. Le champion du monde Akopkokhian qui devait être la grande vedette des Internationaux de Saint-Nazaire avait été « éliminé » par deux juges « ripoux » (dont un Turc…) après avoir facilement passé le premier tour. Seule consolation pour lui : les applaudissements, lors de son passage en regagnant les vestiaires, de tous les boxeurs de l’équipe de France, debout et conspuant la décision injuste.

Pour leur première apparition à l’étranger, sous les couleurs nationales arméniennes, les résultats furent tout de même satisfaisants, malgré les embûches :

1 MEDAILLE D’OR avec le poids mouche (51 kg) Arthur Mikaelian.

1 MEDAILLE D’OR avec le poids super-léger (63,5 kg) Armen kévorkian

1 MEDAILLE D’ARGENT avec le poids léger (60 kg) Mekhak Kazarian

(à noter que son adversaire de la finale est l’Arménien de Tachkent, ARTHUR KRIKORIAN qui a donc remporté la MEDAILLE D’OR)

1 MEDAILLE DE BRONZE avec le poids mi-mouche (48 kg) Alexandre Nalbandian

1 MEDAILLE DE BRONZE avec le poids lourd (99 kg) Dikran Derderian.

Une nouvelle ère s’ouvre donc maintenant pour l’Arménie. Beaucoup de boxeurs veulent passer professionnel.

Cela était impensable il n’y a pas si longtemps.

Déjà des tractations sont en cours pour cela.
L’avenir s’annonce bien et il est permis d’être optimiste.

Jacques Hairabédian
Membre du Comité Directeur de la Fédération Française de Boxe
.