Les anges d'Arménie

Retour au sommaire - Pour m'écrire directement - Mon site personnel

Par Vicken Babkenian, le 25 avril 2008

traduction Louise Kiffer

 

Au moment même où les troupes d'Australie débarquaient à Gallipoli le 25 avril 1915, un autre événement d'importance historique avait lieu en Turquie: le génocide arménien. Le débarquement à Gallipoli eut lieu un jour après l'arrestation en masse des dirigeants arméniens de Constantinople, arrestation qui est connue comme le début du génocide.

"Qui, après tout se souvient de l'élimination des Arméniens ?" furent les célèbres paroles d'Adolf Hitler avant de s'embarquer dans le crime haineux de l'Holocauste.

Un groupe qui se souvient des Arméniens est une poignée d'Australiens qui étaient en première ligne de l'effort de secours, mais leurs récits ont été largement cachés. Pas un seul historien australien n'a consacré une attention quelconque à ces remarquables Australiens, qui ont été oubliés à l'instar du "génocide oublié".

Par exemple, Edith Glanville de Haberfiels, Sydney, a perdu son fils Leigh, du 1er bataillon, mort dans la bataille de Gallipoli. Ainsi débuta son extraordinaire voyage avec le peuple arménien.

Edith Glanville était la première femme juge de paix de NSW et avait fondé à la fois les clubs Quota et Soroptimist en Australie. Le plus remarquable était qu'elle était secrétaire honoraire du Fonds de Secours Arménien de NSW depuis 1922, et qu'elle devint une force dirigeante en récoltant des fournitures d'une valeur de plus de 100 000 $ (environ 19 millions $ en valeur actuelle) en quelques mois.

D'autres membres du fonds de secours, comprenant Charles Lloyd Jones, le premier président de l'ABC; et Oscar Lines, le directeur général de la Banque de NSW. Glanville ; qui était si soucieuse de la détresse des Arméniens, qu'elle finit par adopter un orphelin arménien.

L'ex-Ministre du Cabinet Menzies et Haut Commissaire britannique Thomas White, fut prisonnier de guerre pendant la Première Guerre Mondiale en Turquie. En tant que témoin du génocide arménien, il rentra chez lui plus tard et prit part à l'effort de Secours arménien.

Un autre important Australien, le Révérend J.E. Cresswell de l'Eglise Congrégationelle d' Adélaïde (aujourd'hui Eglise Unifiée) était secrétaire national du Fonds de Secours Arménien d'Australasie dans les années 1920.

Témoin de la détresse des réfugiés arméniens de Syrie en 1923, Cresswell dit:
"Ils sont plus de 6000 ici. Ce qu'on voit à l'intérieur de leurs grottes est indicible. Aucun mot ne convient pour décrire la misère qui doit être le sort de ces pauvres gens".

Il supervisa les programmes de secours depuis le port jusqu'à la destination, y compris l'installation d'un orphelinat financé par des Australiens, pour 1700 enfants qui avaient survécu au génocide à Antélias au Liban.

Ce site est aujourd'hui l'un des plus saints pour les Arméniens, celui du Catholicossat de Cilicie.

En 1918, le maire de Sydney James Joyton Smith créa le Fonds de Secours arménien (Armenian Relief Fund) qui comportait de célèbres philanthropes et des hommes d'affaires tels que les Frères Griffith, l'un des plus grands fournisseurs de thé et de café d'Australie, et les frères Elliot, l'un des plus grands groupes pharmaceutiques de la nation.

Ce Fonds, grâce à l'aide de nombreux bienfaiteurs de Sydney, collecta des centaines de milliers de dollars pour aider les Arméniens, alors que tant d'Australiens s'étaient déjà beaucoup sacrifiés au cours de la Première Guerre Mondiale. Même le Premier Ministre Billy Hughes promit que des cargaisons seraient transportées gratuitement par des bateaux à vapeur du Commonwealth pour toute contribution au Fonds.

Ces récits ne sont que quelques-uns des centaines d'exemples australiens de générosité, d'espoir et de conscience morale qui ont été découverts. Selon les paroles de Robert Manne: "Dans l'histoire mondiale il y a une connexion intime entre la campagne des Dardanelles et le génocide arménien".

Aussi, quand nous évoquons les sacrifices des braves Australiens qui ont atterri sur ces rives lointaines, rappelons-nous également ces Australiens qui ont perdu leurs êtres chers, et, par la bonté de leur cœur, ont pu en sauver d'autres.


Vicken Babkenian est directeur de l'Institut australien pour les Etudes sur l'Holocauste et le Génocide

http://www.theaustralian.news.com.au/story/0,25197,23594423-7583,00.html