Serj Tankian, du groupe System of a Down

interviewé par Khatchig Mouradian dans le journal « Aztag »

Retour au sommaire

« Vous connaissez la signification des mots que vous avez répétés des millions de fois » dit Serj Tankian à la jeunesse arménienne :
« Les penseurs libres sont dangereux » dit l’un des chants  de  SOAD.

Oui, les penseurs libres sont dangereux pour tous ceux qui de bonne heure  ont cessé de s’irriter, d’écumer de rage, de tempêter, et sont devenus inertes, stagnants et couverts de mousse. Ils sont dangereux les penseurs libres de sortir des anciennes opinions terrifiées issues des tuniques de leurs grands-pères, ils sont dangereux pour les adolescents et les jeunes gens à qui on leur a confié le soin de présenter la réalité.

Ils sont dangereux , et aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de leur danger. Nous avons besoin de hurler « NON ! » à la face du monde, en leur recommandant le courage.

La formule « On ne peut rien changer »  ne figure que sur le programme de ceux qui nagent nuit et jour dans l’eau stagnante.

Mais il y en a qui pensent différemment. Ils pensent librement.

Serj Tankian, du groupe System of a Down, qui a vendu des millions de disques dans le monde entier, est l’un de ces penseurs libres. Interprète et auteur de plusieurs des chansons de ce  groupe de 4 membres, Tankian pense que le chant est un moyen de se révolter, de refuser la boue et la mousse. Mais ce n’est pas seulement avec ses chants qu’il mène son combat. Il y a un an, il a fondé avec Tom Morello des groupes de rock

« Rage » et «Audioslave » l’organisation « Axis of Justice » (Axes de justice) au sujet de laquelle il a dit au journal « Azdag » : Tom Morello et moi avons fondé « Axis of Justice » pour qu’en collaborant avec ces artistes nous rapprochions les adolescents et les jeunes des organismes à but non lucratif, et par des concerts former des assemblées de protestation et autres démarches. Le site de cette organisation est www.axisofjustice.org où sont présentés des organismes différents à but non lucratif, qu’ils soient politiques, sociaux, biologiques, antimilitaristes, défenseurs des Droits de l’Homme ou autres buts.

Né au Liban, Serj est parti avec sa famille à Los Angeles, dès son enfance.

L’une des phases de son activité a depuis été la course pour la reconnaissance du génocide. En novembre 2000, en collaboration avec le comité américain « Hay Tad» (Procès arménien) SOAD a donné un concert « Pour la reconnaissance du génocide arménien et la cessation des crimes contre l’humanité » dont les sommes recueillies 20 000 $ US ont été consacrées aux travaux de Hay Tad..

En 2002, au festival grandiose et très important de  concerts symphoniques ozzfest SOAD s’est de nouveau joint au Comité « Hay Tad » qui a relaté aux milliers de participants le génocide arménien et le déni turc, et a distribué des brochures et des imprimés.

 Le 12 juillet, le New York Times écrivait : le groupe « Axis of Justice » composé d’Arméno-américains a dressé une tente pour distribuer des écrits au sujet des Arméniens sacrifiés au cours de la Première Guerre Mondiale.

 Naturellement, SOAD ne se borne pas à s’investir périodiquement à Hay Tad. Lors des séances de dédicaces, Serj Tankian et les membres de son groupe Daron Malakian, Chavo Adadjian et John Dolmayan rappellent continuellement le génocide arménien et la politique incessante de dénégation de la Turquie.

 Sur le site officiel de SOAD  www.systemofadown.com   de même que sur Axis of Justice, ou le site de Daron Malakian  www.daronmalakianrocks.com  nous retrouvons toujours les déclarations et les appels du Comité « Hay Tad » de même que les rubriques concernant le génocide arménien et les liens qui s’y rapportent.

 Après tout cela, lorsque nous demandons à Serj s’il a un agenda et un programme relatif à la reconnaissance du génocide, il répond en plaisantant : « Je n’utilise pas d’agenda, j’ai un cahier de rendez-vous »

Et il ajoute : « J’exprime simplement ce qui jaillit de mon cœur ».

SOAD avec son 1er album, puis le 2ème Toxicity,de même que celui sorti l’an dernier « Steal this album » est devenu un groupe à la renommée internationale. La semaine des événements terrifiants du 11 septembre 2001, par coïncidence, l’album « Toxicity » se trouvait aux Etats Unis parmi les plus vendus. Le groupe a été "nominé" pour les Grammy Awards.  A notre question : Quelle signification a pour le groupe le fait de mériter des prix ? Serj répond : « Je ne peux parler que pour moi, pas pour les autres, car je ne peux présenter personne d’autre aussi bien  que moi-même. Je pense que je mérite un tel honneur, mais je n’ai jamais beaucoup réfléchi à ces choses-là. »

 Il y a quelques années, le groupe SOAD a donné des concerts en Europe avec le groupe « Slayer ». En Turquie, ils ont refusé de monter sur scène et un texte a été lu de leur part, dénonçant la politique négationniste de la Turquie. Serj explique : « Ils nous ont dit qu’ils ne pouvaient pas nous cautionner, que nous ne serions pas emprisonnés pour ce que nous avions écrit ; mais nous ne sommes pas montés sur scène en signe de protestation » Mais quelle est l’importance des mots dans un genre dominé par la Musique ? « Il faut demander cela aux auditeurs, c’est sûr qu’ils vont donner des réponses différentes. Mais il faut préciser que dans une chanson, les paroles et la musique s’entremêlent et les auditeurs, consciemment ou non, les perçoivent ensemble ».

 En ce qui concerne les textes des chansons sur la politique et les Droits de l’Homme, System of a Down est conscient  de l’originalité de son art qui comprend du rock, du jazz, du rap, du classique et des influences moyen-orientales et arméniennes. « Nous sommes influencés par des genres musicaux différents et par des musiciens différents » dit Serj, et parlant de la musique arménienne qu’il écoute, il ajoute :

« J’aime écouter la musique traditionnelle populaire arménienne, les chants révolutionnaires (Karnig Sarkissian) et quelques chants pop (Harout Pamboukdjian, etc…) J’aime également les chansons de Rouben Hakhverdian. »

 Serj Tankian a aussi mis ses pas dans le monde littéraire. Son livre de poèmes « Cool Gardens » (voir  www.serjicalstrike.com ) est un témoin supplémentaire de la diversité de son talent. Ces poèmes communicatifs et en même temps profonds ne peuvent dissimuler leurs erreurs à l’attention des poètes confirmés, mais Serj va continuer dans cette voie. « Cool Gardens » a été un essai agréable, mais je ne crois pas que je publierai un second livre de poèmes. Je veux écrire un roman ou une biographie si je trouve un moment favorable. »

Mais où Tankian se trouve-t-il le mieux, dans la poésie ou dans « System Of A Down » ?

-         « Dans les deux, de même que dans d’autres voies… »

-         Plusieurs des chansons de « System of a Down » refusent le statu quo qui leur paraît oppressif et tyrannique. Est-il possible cependant de changer ce statu quo ?

-         « Le monde dans lequel nous vivons a été créé sous la direction d’une Force Invisible et s’est développé avec nos représentations réciproques.

Seul un changement, réalisable sur le plan socio-culturel pourra introduire des modifications socio-économiques et politiques. »

-         Et Serj Tankian qu’a-t-il à dire aux jeunes Arméniens qui souhaitent faire avancer un changement ?

-         « Notre combat, et tous les autres combats, sont sur le même front : Prenez exemple sur les anciennes méthodes de combat et sachez la signification des mots que vous avez répétés des millions de fois. »

    Khatchig Mouradian
Traduction Louise Kiffer

 Les paroles du premier album de System of a Down, P L U C K (cité en arménien dans cet article) ont déjà été traduites en français  par DR/eN et se trouvent sur le site :

www.muzikmania.net/trad/system_of_a_down-system_of_a_down_trad.php#13